Tendon d’Achille

Rupture du tendon d'Achille

Sport tendon d'Achille

Le tendon d’Achille est le tendon le plus fort du corps humain, il permet la flexion plantaire et la propulsion à la marche. Il est indispensable pour pouvoir courir. Sa rupture est aussi grave qu’une fracture, elle survient le plus souvent au cours d’activité sportive intense (foot, handball, squash) mais aussi au cours d’accident. Elle peut survenir sur un tendon sain ou malade (tendinopathie chronique).

Sport tendon d'Achille
réparation tendon d'Achille

Les symptômes

Une rupture nécessite un traitement chirurgical rapide pour éviter la perte de fonction du tendon, par ailleurs la réparation d’une rupture chronique est toujours plus compliquée. Un plâtre en équin à 30° sera porté pendant 3 semaines suivi d’un plâtre cheville à angle droit pour 3 semaines supplémentaires.

réparation tendon d'Achille

© 2020 Clément Granier

Made with ❤ by Agence Signatures

Tendinopathie

Tendinopathie d'Achille

Le tendon d’Achille est extrêmement sollicité au quotidien et fait l’objet de micro lésions qui cicatrisent spontanément, lorsque l’organisme n’arrive plus à suffisamment guérir ces lésions, le tendon souffre de manière chronique et s’épaissit, c’est ce qu’on appelle la tendinopathie d’Achille.

tendinopathie d'Achille

Elle peut être située au niveau de l’insertion du tendon sur le calcanéum à cause d’une excroissance osseuse sur ce dernier qui génère un conflit avec le tendon, c’est la maladie d’Haglund. Elle peut également être située dans le corps du tendon 4 à 5 cm au dessus du calcanéum, on constate alors un aspect épaissi et fusiforme du tendon.

tendinopathie d'achille

Un tendon d’Achille atteint de tendinopathie chronique est beaucoup plus à risque de rompre même sur un traumatisme mineur.

Le traitement médical consistera à prendre des anti-inflammatoires per os (AINS), à faire de la physiothérapie avec des étirements spécifiques et aussi à réaliser des infiltrations de PRP. Attention, les infiltrations de corticoïdes sont à proscrire car elles fragilisent le tendon et augmentent le risque de rupture.

Le traitement chirurgical d’une tendinopathie en plein corps consiste à réaliser des incisions dans les zones inflammatoires du tendon entraînants l’activation du processus de cicatrisation. Il existe souvent dans ces cas là un raccourcissement du tendon qui sera traitée par une section partielle ou parfois complète du tendon gastrocnémien (intervention de Strayer) permettant de diminuer la tension sur le tendon d’Achille. Il n’y aura pas d’appui les 3 premières semaines associé au port d’une attelle en résine puis il sera repris partiellement pour les 3 semaines suivantes.

Si il s’agit d’une tendinopathie par conflit osseux (maladie d’Haglund), le traitement consistera en une résection du coin osseux du calcanéum responsable du conflit. Ici l’appui sera repris immédiatement après l’intervention.

radio Haglund

© 2020 Clément Granier

Made with ❤ by Agence Signatures

Nevrom de Morton

Névrome de Morton

La maladie de Morton ou névrome de Morton est une pathologie fréquente du pied. Elle touche 3 femmes pour 1 homme et est caractérisée par des douleurs de l’avant-pied. Sa localisation est généralement entre le 3e et le 4e orteil, mais peut parfois atteindre l’espace entre le 2e et le 3e orteil. 

Les nerfs inter métatarsiens permettent la sensibilité des orteils, ce sont des branches des nerfs plantaires médial et latéral. Ils se séparent au niveau des têtes métatarsiennes pour donner des branches innervant chaque orteil. Le nerf situé entre le 3e et le 4e métatarsien est la jonction directe (anastomose) du nerf plantaire latéral et médial et semble donc être moins mobile et plus facilement atteint. Il s’agit de la localisation préférentielle du névrome de Morton.

Nevrom de Morton

Les symptômes

L’examen clinique est complété par une échographie ou au mieux une IRM qui permettent de déterminer la taille et la localisation exacte de la lésion.

Nevrom de Morton
Nevrom de Morton

Le traitement médical consiste à porter des chaussures souples et éventuellement réaliser des semelles orthopédiques. Il est également possible de réaliser des infiltrations de corticoïdes mais leur efficacité n’est en général que de courte durée. Lorsque le traitement médical est insuffisant, la chirurgie permet de réaliser une ablation du nerf (neurectomie) permettant de faire disparaître les symptômes.

© 2020 Clément Granier

Made with ❤ by Agence Signatures

Griffes d’orteils

Orteils en griffe

Les orteils en griffe sont une atteinte fréquente des orteils touchant principalement les femmes à partir de 50 ans. Ces déformations peuvent être souples ou rigides. L’orteil est normalement en position d’extension, si un seul des tendons fléchisseurs ou extenseurs est plus puissant ou simplement raccourci, on note rapidement le développement d’une déformation de l’orteil due à la perte de cet équilibre tendineux. La forme de l’orteil dépendra alors du ou des tendons atteints.

La plupart du temps, on notera d’abord une rétraction des fléchisseurs de l’orteil qui vont entraîner une flexion de la première articulation interphalangienne. Dans un deuxième temps peut se développer une déformation de l’articulation métatarso-phalangienne, donc à la racine de l’orteil, qui va entraîner la forme caractéristique de griffe. Dans cette position, l’orteil va être rapidement gênant dans les chaussures suite à l’hyper-appui entre l’articulation interphalangienne et la chaussure et on notera le développement d’un cor (ou durillon), qui n’est au fond qu’un épaississement de la peau pour protéger l’orteil de cet appui.

griffe d'orteils

Orteils en griffe

griffe d'orteils

Les orteils en griffe sont une atteinte fréquente des orteils touchant principalement les femmes à partir de 50 ans. Ces déformations peuvent être souples ou rigides. L’orteil est normalement en position d’extension, si un seul des tendons fléchisseurs ou extenseurs est plus puissant ou simplement raccourci, on note rapidement le développement d’une déformation de l’orteil due à la perte de cet équilibre tendineux. La forme de l’orteil dépendra alors du ou des tendons atteints.

La plupart du temps, on notera d’abord une rétraction des fléchisseurs de l’orteil qui vont entraîner une flexion de la première articulation interphalangienne. Dans un deuxième temps peut se développer une déformation de l’articulation métatarso-phalangienne, donc à la racine de l’orteil, qui va entraîner la forme caractéristique de griffe. Dans cette position, l’orteil va être rapidement gênant dans les chaussures suite à l’hyper-appui entre l’articulation interphalangienne et la chaussure et on notera le développement d’un cor (ou durillon), qui n’est au fond qu’un épaississement de la peau pour protéger l’orteil de cet appui.

Cette déformation est souvent associée à l’hallux valgus qui a tendance à surcharger les orteils avoisinants.

Le traitement médical consiste au port de chaussures souples, aux soins de podologie et éventuellement au port d’orthèse souple en silicone. Lorsque le traitement médical est dépassé, la place est à la chirurgie qui consistera en un raccourcissement de la première phalange (arthroplastie de Lelièvre) dans les griffes souples et en une fusion de l’articulation inter phalangienne proximale dans les griffes rigides fixées (arthrodèse).

L’appui sera immédiatement repris après l’intervention sous couvert d’une chaussure à décharge de l’avant pied pendant 4 à 6 semaines.

© 2020 Clément Granier

Made with ❤ by Agence Signatures

Hallux rigidus

Hallux rigidus

L’hallux rigidus est une usure cartilagineuse de l’articulation à la base du gros orteil. Cette arthrose entraîne progressivement une raideur de l’articulation dont la mobilité est rapidement altérée. Au cours de l’évolution de la maladie se développent des éperons osseux autour de l’articulation appellés ostéophytes qui peuvent entraîner des conflits mécaniques avec la chaussure. 

 Il est recommandé de voir son chirurgien lorsque la raideur et/ou la douleur ont un retentissement trop important sur la vie quotidienne.

Lorsque l’usure du cartilage est faible ou modérée et que la plainte principale est centrée sur les ostéophytes, on réalisera simplement leur excision (cheilectomie) permettant d’obtenir d’excellents résultats

Hallux rigidus

L’hallux rigidus est une usure cartilagineuse de l’articulation à la base du gros orteil. Cette arthrose entraîne progressivement une raideur de l’articulation dont la mobilité est rapidement altérée. Au cours de l’évolution de la maladie se développent des éperons osseux autour de l’articulation appellés ostéophytes qui peuvent entraîner des conflits mécaniques avec la chaussure. 

Il est recommandé de voir son chirurgien lorsque la raideur et/ou la douleur ont un retentissement trop important sur la vie quotidienne.

Lorsque l’usure du cartilage est faible ou modérée et que la plainte principale est centrée sur les ostéophytes, on réalisera simplement leur excision (cheilectomie) permettant d’obtenir d’excellents résultats

Lorsque l’atteinte du cartilage est trop importante, il est nécessaire de bloquer définitivement l’articulation, il s’agit d’une arthrodèse. Le peu de cartilage restant est retiré et les deux os sont mis en contact puis fixés soit par une plaque soit par deux vis afin de fusionner. Le blocage de l’articulation a peu de répercutions sur la qualité de vie et les activités sportives peuvent également être reprises.

Hallux rigidus
arthrodese plaque

Cette intervention nécessitera le port d’une chaussure à décharge de l’avant pied type Sober jusqu’à la consolidation soit 6 semaines.

© 2020 Clément Granier

Made with ❤ by Agence Signatures

Hallux valgus

Hallux valgus

L’hallux valgus plus communément appelé « oignon », est une déformation progressive très fréquente du pied. Elle se définit par une rotation du premier métatarsien autour de sa base (metatarsus varus) et du premier orteil vers le second (hallux valgus). Ceci entraîne le développement d’une voussure douloureuse sur la face interne du pied (=oignon), cette saillie osseuse entraîne un conflit dans la chaussure, surtout si cette dernière est étroite ou si il s’agit de talons hauts. En l’absence de traitement, cette déformation progressive ne fait que s’aggraver dans le temps.

hallux valgus

Hallux valgus

hallux valgus

L’hallux valgus plus communément appelé « oignon », est une déformation progressive très fréquente du pied. Elle se définit par une rotation du premier métatarsien autour de sa base (metatarsus varus) et du premier orteil vers le second (hallux valgus). Ceci entraîne le développement d’une voussure douloureuse sur la face interne du pied (=oignon), cette saillie osseuse entraîne un conflit dans la chaussure, surtout si cette dernière est étroite ou si il s’agit de talons hauts. En l’absence de traitement, cette déformation progressive ne fait que s’aggraver dans le temps.

oignon hallux valgus

Le traitement médical consiste à porter des chaussures souples et éventuellement à réaliser des semelles orthopédiques. Lorsque ce traitement n’est plus efficace, il laisse place à la chirurgie. Elle consiste à réaligner correctement le 1er métatarsien et la 1ère phalange par des gestes osseux sur ces deux os. De multiples techniques existent, les plus courantes étant l’ostéotomie en chevron pour les déformations modérées, l’ostéotomie de Scarf pour les déformations plus importantes et enfin l’arthrodèse selon Lapidus pour les cas extrêmes. Ces corrections osseuses seront maintenues par une ou deux petites vis qu’il n’est pas nécessaire d’enlever à distance.

Ostéotomie de Scarf

Suite à l’intervention, il faudra observer une décharge de deux semaines sur le pied opéré puis suite à un contrôle radiographique, la marche sera reprise avec une chaussure à décharge de l’avant-pied de type Sober pendant un mois. Le fait de ne pas marcher immédiatement après l’intervention permet d’éviter les saignements, l’inflammation et la douleur.

chaussure de sober

© 2020 Clément Granier

Made with ❤ by Agence Signatures